Paras us de 1944
  Casque de parachutiste
 



Le casque d'acier M2

Au moment de la création des troupes aeroportées en 1941, on se rendit compte que le nouveau casque M1 récement homologué par l'us army était mal adapté pour le saut : casque lourd et leger (Liner) étaient separés, la jugulaire peu confortable et le casque instable sur la tête .
Plutôt que de créer un casque spécifique, on chercha à adapter le casque standard existant .Sur le casque lourd M1, on remplaca les attaches de jugulaire rectangulaires par des demi-anneaux(D-Ring)qui facilitaient le mouvement  des jugulaires.Rallongées, elles disposaient chacunes d'une petite patte munie d'une pression mâle destinée à s'encastrer dans les pressions femelles rivetées à l'interieur du casque léger, solidarisant ainsi les deux casques .
Le casque prit ainsi la dénomination helmet M2 réference par le QMC le 23 juin 1942. 148 000 casques à jugulaire parachutiste furent produits par la société Mac Cord entre janvier 1942 et décembre 1944. Sur le Liner(casque léger) , on adapta de chaque coté des sangles en forme de A renversé rivetées et munies chacune d'une boucle à ardillon destinée à recevoir une mentonnière en cuir embouti; Le casque ainsi modifié devenait beaucoup plus stable sur le tête.
Les premiers casques legers para ont été realisés à partir de casques légers précoces en fibre pressée et entoilée. Identifiables à leur bord roulé, ils sont produits par la firme Hawley et aménagés en version parachutiste par la société Mac Cord Radiator. Mais ils s'avèrent trop fragiles à l'usage car facilement déformables et peu resistants à l'humidité. Ils furent avantageusement remplacés par les nouveaux casques legers en plastique (toile enduite de resine vulcanisé dans un moule), beaucoup plus resistants.
La premiere serie de casques legers para en plastique fut produite par l'Inland Manufacturing  Division de General Motors, la modofication parachutiste etant réalisé par Mac Cord Radiator ; la seconde serie provenant de Westinghouse, qui assure aussi les modifications para.Environ 148 000 casques legers en plastique pour troupes parachutistes seront fabriqués.

Vers le casque parachutiste M1C(Helmet-Steel Parachutist M1C)

En octobre 1943, le QMC décide de modifier les attaches fixes de jugulaires du casque M1 standard au profit d'attaches mobiles beaucoup plus solides. Les jugulaires type parachutiste furent également montées sur ce nouveau casque. Bien que le casque soit ainsi produit à la fin de l'année 1943, il ne figure pas au catalogue du QMC sous la nomenclature Parachutist Helmet M1C qu'en janvier 1945, et le casque M1C  ne semble pas avoir été utilisé en Normandie.
L'étude des documents photographiques, et les rares casques du "terrain" parvenus juqu'a nous , nous apportent de nombreuses révélations :
-Quelques parachutistes portent encore le casque légér en fibre préssée ;

-De nombreux casques M2 présentent des anneaux  de jugulaires cassés et ressoudés , voir remplacés par d'autres pieces métalliques (anneaux de musette , etc...). Ces casques ont sans aucun doute été réparés par les ateliers réglementaires en Angleterre. De rares casques M1(pontets fixes) portent des jugulaires parachutistes, a priori montées d'usine. La modification doit se situer entre la fin de production du casque M2 (suite aux trop nombreuses casse de "D-ring") et le debut de production du casque M1C(pontets mobiles). Le seul que nous ayons eu en main avait les jugulaires dotées de pressions nockelées typiques du casque M2. Couramment , les parachutistes utilisent des casques M1 à jugulaires standards combinées avec leurs casque léger parachutiste.

Peinture-Camouflage-Insignes

Tous les casques M1/M2 étaient revetus en usine d'une peinture vert olive clair mélangée à des particules de liège, leur donnant ainsi un aspect granité mat.Cette technique avait pour effet d'attenuer les reflets, et d'amortirle bruit en cas de choc. A l'usage , les casques ont tendances à se lisser et à se lustrer , la couleur virant au brun.
Beaucoup des casques "du terrain" obsérvés montrent  qu'ils ont été repeints au pinceau avant le D-Day car déja patinés par les nombreux entrainements du printemps 1944 en Angleterre. La majorité des parachutistes recouvraient leur casque d'un filet de camouflage d'origine britannique ou canadienne, dont la largeur des mailles variait(l'analyse des photos montre en majorité des filets petites mailles mailles sur les casques de la 82d Airborne et mailles moyennes sur ceux de la 101st Airborne). Ce dernier était en général pincé entre la bombe en acier et le casque léger. Trés souvent , des morceaux de toile de jute de couleur brune et verte étaient noués sur le filet , améliorant notablement le camouflage. Plus rarement , les casques étaient camouflés à la peinture par l'application au pinceau  de larges bandes de couleur sable foncé,verte ou noire. On note aussi l'usage de la peinture réactive aux vesicants , de couleur ocre.Certains de ces camouflages dataient des opérations de Sicile(82d A/B).
Les marques de grades sont généralement peintes à l'avant du casque pour les officiers , plus rarement pour les sous-officiers( parfois sur le coté).Pour faciliter l'identification des gradés par la troupe, une barre blanche verticale était peinte à l'arriere du casque  des officiers et horizontalement pour les sous-officiers.
Les signes d'identification habituels des MP , infirmiers, aumoniers...étaient également peints sur le casque .


Source : Les paras du D-Day , Christophe Deschodt , Histoire et Collections 

 



Source Photo: enfernormand.free.fr/casques/m2_3.jpg

 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=