Paras us de 1944
  Camel,Chocolat,Bas Nylon ...
 

Source : http://ecx.images-amazon.com/images/I/51ZlN%2BOiQ%2BL._SL500_AA300_.jpg




La guerre les Britanniques la vivent au jour le jour.Avec ces GI qui débarquent, ces Canadiens,Néo-Zélandais,Australiens,ces compatriotes aussi qui s'amassent dans le Sud, les Anglais de la côte parle d'une " Friendly Invasion ", d'une invasion amicale. Bientot, il y aura 1.5 millions d'américains et 1.3 millions de Britanniques rassemblés dans ces immenses camps sans compter les autres contingent. "De Brighton a Plymouth, sur toute cette côte et dans l'ariere pays, on ne voit que des uniformes " , s"exclame un habitant du village de Liss.Une cohabitation qui ne va pas sans mal.On s'impatiente, on piétine, on veut la guerre, histoire de ne plus rester enfermé dans ces bicoques improbables.

Alors les GI, à defaut de brûler leurs cartouches, égrènent le temps comme ils peuvent. Et hantent les bars, les cabarets de Porthsmouth, les pubs où ils cherchent  l'âme soeur. Sur cette terre de France où ils s'apprêtent à férrailler, au-dela de l'horizon souvent brumeux, personne leur langue ou si peu. Dans le " Guide Pratique A l'Itention Des Gi's" les dons juan sont mis en garde : " Les francaises sont immorales" y lit-on, ou : "Entretenir une de ces maudites francaises coûte diaboliquement cher. Elles sont vraiment trop intéressées par l'argent. " Avertissement suivi de quelques pages plus loin d'un rédhibitoire :"Les prix en France sont scandaleusement élévés ... ".

Autant s'en donner a coeur joie au bras d'autres. " Ooh-la-la girls ", dont certaines deviendront des WAR BIRDES, des épouses de guerre-70 000 d'elles emigreront ensuite aux Etats-Unis, selon les recherches de Jenel Viren , de l'Université de l'Illinois. ""Avec leurs barrettes de chocolat, leurs Camel, leurs bas Nylon, ces Américains avaient un certaine panache et ont fait un tabac", se souvient Anthony Colgan, qui vit près de Portsmouth.

Du coté britannique, on riposte point par point.D'abord les fiancés éconduits et les maris jaloux font savoir leurs amertume.Dans les pubs, les bagarres abondent, les horions pleuvent. A telle enseigne que l'état-major américain d'Einshower est contraint de doubler les rondes de la MP, la Military Police.Les Britanniques, qui commencent à en avoir assez de ces Yankees trop portés sur la gent féminine, évoquent même une "occupation". C'est la complainte des trois O : " Overpaid, Oversexed, Overhere ! " ( Trop payés, trop portés sur le sexe, trop longtemps ici ! ) La presse s'en mêle. Dans les colonnes des journaux, on trouve maintes caricatures, dont celle-ci qui croque un gentleman britannique sagement affairé à conter fleurette à une jeune femme tandis qu'une grosse brute américaine mâchant du chewing-gum et aux biceps renflés plonge son regard narquois dans le decolleté d'une soubrette. Ou encore ce dessin représentant un pub très British : avant l'arrivée des " Yanks ", c'est le désert. Après, c'est la tornade ... 



 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=